L’industrie touristique de la région durement touchée à cause de l’épidémie

Le secteur touristique est l’un des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire de Covid-19, avec le manque de clients et l’annulation des évènements prévues dans la région. L’impact économique est déjà estimé à une vingtaine de milliards d’euros.

Quel est le poids habituel de l’industrie touristique dans notre région en tant que retombées économiques ?

L’hébergement secondaire dans la région est évalué à 2,7 milliards d’euros. La consommation touristique, comme les dépenses des touristes pour une année, est évaluée à 2,7 milliards d’euros dans la région des Bouches-du-Rhône.

Quel est le montant des pertes jusqu’à présent ?

Nous sommes dans une phase d’inventaire, nous ne disposons pas encore du chiffre pour la région, mais en ce qui concerne le département, si les dépenses ¼ ne sont pas engagées, les pertes s’élèvent à 675 millions d’euros.

Nous entrons dans une période qui va être très délicate, sachant que la première partie de l’année, qui va jusqu’en mars, est généralement celle où l’on enregistre le moins d’activité dans le département des Bouches-du-Rhône. C’est 14% des nuitées de l’année

Il manque également plus de 2,7 millions d’euros de taxe touristique dans le département. 

Nous devons vraiment aller avec les professionnels pour « sauver » ce qui peut l’être de la perte de revenus pendant l’été, la haute saison.

Quand est t-il des mesures mises en place pour le secteur ?

Deux mesures spécifiques ont été misent en place pour soutenir le secteur du tourisme : la fourniture de « crédits » plutôt que le remboursement des clients afin de faciliter la trésorerie de nombreux professionnels du tourisme fortement changés. 

Les mesures prisent par le gouvernement permettent aux professionnel de ne pas rembourser leurs clients mais de leur proposer un crédit valable pendant 18mois et d’un montant équivalent à la totalité du voyages qu’ils avaient commandés dans le cas où celui-ci ne pourrait être assuré au vu des mesures liées à l’épidémie Covid-19.

Les professionnels, tel que organiser son road-trip ont également mis un place un système d’information et de conseils pour leur clients afin d’appliquer au mieux les mesures.

L’autre concerne l’adaptation des procédures d’enregistrement, de classification et d’étiquetage pendant la période d’urgence sanitaire. La situation de crise sans précédent que traverse le secteur du tourisme et des road-trip prend nécessaire une adaptation temporaire des systèmes d’enregistrement, de classification et de labellisation dont l’Atout France est responsable.

Quel est l’effet de votre communication sur les mesures de soutien aux entreprises au niveau départemental ?

Nous envoyons une lettre d’information à nos 8 000 partenaires pour leur dire que nous avons des informations que nous jugeons utiles pour répondre aux besoins qu’ils expriment en pleine crise. Il y a des réponses que nous pouvons offrir par le biais des mécanismes existants, et nous leur transmettons les informations qui les concernent.

Nous ne réinventons rien, nous soutenons et partageons ce qui fonctionne bien. Si un sujet n’est pas traité, nous pouvons éventuellement en prendre soin, mais surtout nous ne le dupliquons pas, c’est impératif !